PLUSIEURS MANTEAUX TO BISPO

PROJET

Affrontement musculaire pour la réparation

Pour les êtres racialisés, ce que Frantz Fanon appelle les « damnés de la terre », la première mise en perspective du monde de la vie ce celle de l’épreuve ou du ressentir. Le monde est une violence éprouvée au quotidien dans un décalage permanent entre la position de vie et la position de mort, immédiatement ressenties dans leur contradiction. L’effet de cette dislocation perceptive ne peut être suspendu et dépassé qu’à la condition de s’appuyer sur un constituant plus fondamental d’un autre ensemble de sens, capable d’engendrer une nouvelle corporalité sociale. D’après Fanon seul un affrontement musculaire avec les résistances du monde environnant peut faire émerger ce sensible « autre », à travers une lutte pour la vie qui opère à partir de soi comme un lien tenu, la jointure constamment reconstruite entre l’espoir rationnel et la violence matérielle.    

Dans le projet « Plusieurs manteaux to Bispo », je m’intéresse à l’histoire du Manto da Apresentação (manteau de la présentation), brodé par l’artiste afro-brésilien Bispo do Rosario (1909-1989) comme un vêtement funéraire sacré, avec lequel il devait se vêtir pour se présenter dans l’au-delà, le jour de sa mort. De façon contraire à sa volonté, le manteau de Bispo est aujourd’hui exposé comme une oeuvre d’art, invisibilisant complètement la volonté finale de l’artiste. Or avec l’envie de m’attarder moins sur les processus historiques de racialisation qui ont permis l’emprisonnement du manteau par les institutions artistiques qu’à sa guérison, la question s’est posée : comment réparer ? Comment faire germer d’autres possibilités de transmutation ?     

En tant qu’artiste femme et noire, issue de la périphérie brésilienne, impossible pour moi de ne pas affronter, dialoguer, voir fictionnaliser le racisme systémique et structurel qui conditionne ma vie. À travers l’exercice de la performance, l’important pour moi c’est de mettre en place de manière collective la création des « issues de sortie » vers une expérience de vie qui ne soit pas en éternelle confrontation avec le système qui m’opprime. Mais au-delà, m’inspirant, à l’instar de Toni Morrison, des « petits mécanismes qui régissent la vie quotidienne », du détail ordinaire, de ce presque rien qui en dit long, ce qui se montre sans toujours être vu.           

Le projet « Plusieurs manteaux to Bispo » surgit comme une réponse, un geste de réparation ancré sur de dispositifs qui se nourrissent du précaire : la capacité de se déployer en plusieurs étapes, de s’adapter selon le lieu qui l’entoure, de s’enrichir de l’imprévu et des objets trouvés, de développer, à l’instar du manteau original, son propre inventaire du mode. 

Il se déploie en 4 étapes :      

– Activation collective du manteau : le manteau est encore tissu. Les participants ayant étés victimes des situations de racisme sont conviées à écrire avec du charbon des phrases ou des mots qui équivalent aux insultes blessant entendus et qu’ils veulent à leur tour transmuter.         

– Veillé collective du manteau : le manteau est encore colère. Les participants sont conviés à un processus intime de connexion avec le manteau. Des boissons préparées avec des semences rituelles sont distribuées. Celles et ceux qui se sentent prés sont conviés à broder les premières graines et à noter leur nom à l’intérieur du manteau. On démarre l’inventaire du monde.      

– Élévation collective du manteau : le manteau est relation. Au sein d’une institution artistique, le manteau entame un dialogue in situ sur les processus d’invisibilisation existants. Pendant ce processus, les participants seront conduits à réfléchir, voire identifier, d’autres dispositifs au sein de l’art de « mise en contemplation forcée » d’objets destinés à subir des transmutations. Certains participants sont conviés à une danse collective avec le manteau.    

– Cérémonie d’enterrement du manteau : les participants seront ensuite invités à participer de la cérémonie d’enterrement du manteau, que brodé avec des semences qui germent, renaitra en forme de jardin. Ce manteau-jardin s’instaure ainsi comme un dialogue par la transmutation avec Bispo do Rosario et par conséquent, avec tout ce qui n’a pas encore été à nouveau remis en mouvement ou restitué.

> 2019 Projet Plusieurs Manteaux to Bispo :

  • Performance durant l’acte éditorial du dernier numéro de la revue Afrikadaa « L’Entredeux monde, l’art comme arme de guérison », Lieu pour Respirer – Les Lilas en Juin/2019.
  • Processus collectif de broderie du Manteau avec le groupe d’artistes haïtiens « The Living and the Dead ensemble » à l’Atelier Médicis – Clichy-sous-Bois en juillet/2019. 
• Performance « Quand les artistes dialoguent avec les ancêtres », Centre Pompidou / Galerie zéro – Paris en septembre/2019.
• Restitution du manteau brodé, prix AWARE la vie bonne, prévue pour le printemps 2021.

Crédits photo : Nicolas Jaoul et Louis Henderson